M2 Métiers du livre La nécessité pour les bibliothèques universitaires d'évoluer avec l'utilisation d'internet.

Published on novembre 19th, 2015 | by Cécile

0

Internet et bibliothèques universitaires : entre concurrence et mode de développement

Outil et interface indispensable, Internet impose aujourd’hui ses règles et son influence dans différents domaines culturels, particulièrement dans les bibliothèques. Cela nécessite pour des professionnels du milieu de se diversifier et d’évoluer grâce à cet instrument. Fabrice Rougeot, technicien d’information et de collections patrimoniales à la Bibliothèque de section lettres et philosophie de l’Université de Dijon témoigne de cette évolution de l’utilisation du livre et des fonds documentaires, permettant de dresser un bilan de la situation en cette fin d’année 2015.

La nécessité pour les bibliothèques universitaires d'évoluer avec l'utilisation d'internet.

Source : http://imbert.u-bourgogne.fr

Travailler en bibliothèque universitaire

Le travail de technicien d’information et de collections patrimoniales est à l’heure actuelle un poste très polyvalent. Il a pour objectif de s’occuper aussi bien du lectorat, de l’accueil et de l’aide à la documentation des usagers, que de missions internes concernant le traitement du fonds et son organisation. Des activités ponctuelles consistent à trouver des solutions à certains problèmes techniques dus à la modernisation comme la récente refonte du site et du catalogue. La bibliothèque est un service public, elle est donc dépendante de la demande des usagers à laquelle elle doit s’adapter. Fabrice définit sa profession comme celle d’un « médiateur entre un fonds documentaire et un public » en insistant sur l’importance de mettre en avant les nouveaux formats de livres, l’utilisation des ressources numériques et de valoriser leur existence auprès des lecteurs.

Internet : une concurrence au livre et à la recherche documentaire en site spécialisé

Attirer et présenter son contenu à de potentiels utilisateurs est devenu nécessaire pour les bibliothèques, notamment pour celles ayant un public universitaire. En effet, elles doivent faire face à un concurrent de taille : Internet. Celui-ci facilite la recherche et l’accès facile à des ressources documentaires, notamment grâce à Google, ce qui tend à réduire le nombre d’usagers dans les sites physiques de documentation. Il est donc nécessaire pour les professionnels de dynamiser leur secteur spécialisé grâce à des techniques de marketing. Cela permet d’améliorer l’accès, la présence et l’intérêt des ressources proposées en bibliothèque. Selon Fabrice, qui a participé à la refonte du site web de la bibliothèque et du catalogue de l’Université de Bourgogne, il est désormais nécessaire d’être présent sur Internet grâce aux réseaux sociaux, de repenser et moderniser sa présence. La bibliothèque ne se suffit plus à elle-même et doit se moderniser face à son concurrent principal, tout en étant présente sur la toile.

Entre polyvalence du métier et voisinage professionnel : modernisation de l’accès

Paradoxe intéressant, si Internet impose sa concurrence, les techniques du web vont permettre à la bibliothèque et aux professions qui lui sont rattachées de se moderniser, de lui apporter une dynamique nouvelle. L’essor d’Internet va ainsi permettre l’intercollection de toutes les données, leur mutualisation. Rendre communes les métadonnées conduit au développement d’un catalogage plus important et collectif comme l’illustrent les exemples de Sudoc et de la BNF.

Ce développement va également impliquer une mutualisation des savoirs, l’apparition de nouveaux métiers en bibliothèque qui s’adaptent au changement, comme ceux de webmaster et programmateur. Pour Fabrice, cette progression dans le secteur du livre l’a poussé à développer de nouvelles compétences spécialisées, mais l’apparition de nouveaux métiers l’a également déchargé, lui permettant de valoriser l‘accompagnement des lecteurs afin de leur présenter les ressources numériques et leur utilisation qui se fait par le biais d’Internet. « Aujourd’hui, 30 % du budget est consacré à l’achat de ressources numériques qui sont pour l’essentiel des revues spécialisées ». Enfin, ce développement permet d’envisager pour la bibliothèque de section Lettres et Philosophie de nouveaux projets dont celui de la mise en place d’un Learning center. Cette mutualisation, impulsée et permise par Internet permet donc un partage des connaissances, un traitement des projets plus rapide, une collaboration avec d’autres bibliothèques universitaires par la mise en place d’un catalogue commun et de prêts entre sites. Cette modernisation nécessite néanmoins une importante valorisation et n’entrave que très peu la concurrence d’Internet, de plus en plus fournie concernant les données diversifiées et le libre accès à des livres numériques proposés sur le web.

Apolline Boulanger, Master 2 Métiers du livre, Université de Bourgogne


About the Author



Back to Top ↑