M2 Métiers du livre Les éditions Faton, basées à Dijon, allient tradition et utilisation d'internet et des réseaux sociaux.

Published on décembre 22nd, 2015 | by Cécile

0

Internet, un outil de communication et de formation au cœur des pratiques éditoriales

Avec l’essor d’Internet, nos pratiques professionnelles, sociales, culturelles sont vouées à évoluer. Rouages de l’activité culturelle, les métiers du livre doivent eux aussi prendre le pas pour proposer des services en adéquation avec les demandes des consommateurs. Les Éditions Faton, basées à Dijon, mettent en place des stratégies de communication sur l’espace web, préservant ainsi l’engouement du public pour le livre. David Fernandès, secrétaire de rédaction au sein de la maison d’édition raconte…

L’outil Internet : un lien constant entre la maison d’édition et son lectorat

Maison d’édition indépendante et familiale située à Dijon, les Éditions Faton sont depuis 35 ans spécialisées dans la publication de revues culturelles et éducatives dans des domaines variés : art, archéologie, histoire et sport. Différentes équipes éditoriales gèrent 8 revues pour adultes et 5 autres destinées à la jeunesse. Visant un public plutôt large, David nous précise que les articles rédigés par des universitaires, des chercheurs, des archéologues de terrain, se destinent à un « lectorat éclairé ». En parallèle de cette activité, la maison publie des beaux livres et ouvrages de prestiges, livres-objets pour amateurs passionnés.

Avec l’essor d’Internet, la multiplication des articles accessibles gratuitement sur la toile et l’émergence de revues en ligne, les Éditions Faton se doivent d’être constamment présentes sur le web pour pérenniser leur place sur le marché des revues scientifiques et fidéliser leur lectorat. Pour cela, la maison à son propre site web depuis 10 ans auquel les lecteurs peuvent s’abonner et qui propose plusieurs services :

  • abonnements à une revue
  • « Lettres d’infos » sur les parutions ou les événements à venir
  • achat à l’unité de revues récentes ou présentes dans le catalogue en ligne
  • jeux concours
  • questionnaires de satisfaction des lecteurs pour améliorer les services

À l’ère d’Internet, les Éditions Faton pensent donc avant tout à sauvegarder leur lectorat en tissant un lien permanent avec lui.

Les réseaux sociaux : un moyen pour l’édition d’attirer un nouveau un lectorat

« S’il est vrai que le site des Éditions Faton mériterait un bon lifting, il existe depuis une dizaine d’années est reste assez complet », nous confie David.

Il insiste sur le fait que le site est régulièrement mis à jour, mais qu’il est notamment complété par une présence constante de la maison d’édition sur les réseaux sociaux. Effectivement, les pages Facebook et Twitter sont alimentées presque tous les jours. C’est grâce à ces deux réseaux sociaux que Faton – même si sa notoriété n’est plus à faire – réussit à se faire connaître auprès d’un nouveau lectorat. Les réseaux sociaux sont pour eux un véritable bouche à oreille géant et tentaculaire permettant d’élargir leur lectorat et de multiplier leur impact. La maison prévient des parutions en point de vente – librairie, presse – par des post/ tweet quasi-quotidiens débutant par un traditionnel « EN KIOSQUE ! ce matin ». Un internaute peut communiquer à toute sa communauté un numéro d’une revue Faton en un simple retweet et ainsi attirer des lecteurs potentiels.

Il est compliqué en 2015 de rester fermé aux pratiques web, c’est pourquoi quelques revues jeunesse Faton ont un ouvert un blog comme celui du Petit Léonard. Ce site construit comme un livre avec des marque-pages, des encarts sous forme d’articles, des jeux/ quiz, est en grande partie basé sur l’interactivité pour le public enfant. Ainsi, en parallèle du côté ludique de l’interface, le lecteur – et dans ce cas le parent – peut être tenu au courant des dernières parutions, s’abonner en ligne ou commander un numéro unique.

Formation professionnelle : apprentissage du métier de graphiste via Internet

David Fernandès, qui nous a renseigné sur les pratiques web des Éditions Faton, est un exemple parfait des bienfaits et de l’omniprésence d’Internet dans nos vies : au-delà d’être un outil de communication, le web met à disposition de chacun la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences.

David, 34 ans, issu d’un parcours mêlant à la fois sciences humaines, histoire et métiers du livre travaille actuellement aux Éditions Faton. Il y occupe le poste de secrétaire de rédaction de puis 2011 et s’occupe aujourd’hui des revues Dossiers d’Archéologie et Archéologia. En lien avec la rédactrice en chef et les maquettistes, il réceptionne les textes d’auteurs et y travaille l’editing, recherche des iconographies pour illustrer les articles, revoit la typographie, vérifie et valide les traceurs en ligne au la rédactrice en chef pour que l’éditeur donne son BAT. Par la suite il met en ligne le numéro, élabore le tableau de piges, prépare les envois aux auteurs et au service presse, et archive les éléments de travail pour chaque numéro.

En parallèle de son activité salariée, il est illustrateur-graphiste indépendant. Son travail à plein temps ne lui permet que de choisir des projets graphiques qui lui plaisent réellement. Sans formation particulière dans ce domaine, il se forme seul par le recours de tutoriels vidéo et de forums. Il utilise principalement Photoshop, Indesign et Illustrator qu’il a donc appris à manier seul mais également en communiquant avec d’autres utilisateurs.

« Je crois beaucoup en l’autodidaxie, quel que soit le domaine. Aujourd’hui, avec le partage de connaissances que permet internet, on n’a pas d’excuses pour sans cesse apprendre et s’inspire ».

Sa passion prend une place importante dans sa vie puisqu’il crée des illustrations pour des éditeurs, la presse, des maisons de disques. Son premier projet a été la pochette d’album du big band jazz Bigre ! produit et édité par le label Grolektif. Il crée principalement des couverture de livre, des affiches et flyers pour des concerts, et réalise régulièrement des illustration pour le magazine trimestriel dijonnais gratuit Sparse.

L’apprentissage du métier de graphiste, il l’a donc fait lui-même et grâce à Internet. Cette compétence lui est utile à moindre mesure dans son travail, mais elle lui permet surtout de concrétiser sa passion pour l’illustration.

Noémie Delannoy, Master 2 Métiers du livre, Université de Bourgogne

© Illustration Sparse, modern vintage


About the Author



Back to Top ↑