M2 Métiers du livre Master 2 Métiers du livre à l'université de Bourgogne. Cours de Rédaction web.

Published on décembre 22nd, 2015 | by Cécile

0

La bibliothèque universitaire à l’heure d’internet

Face à une modification de la demande et aux progrès technologiques, la bibliothèque universitaire a fait le choix de s’adapter tout à fait à l’ère d’internet. M. Pascal Schmitt, conservateur de la BU Droit-Lettres du SCD Bourgogne, constate depuis lors un profond bouleversement de la fonction et du rôle même de ce lieu de culture et de travail, provoqué par l’introduction en son sein du nouvel outil web.

Le site internet, un outil précieux ayant permis l’extension de l’offre et la facilitation de l’accès aux services de la BU

Depuis la mise en place du site internet, le catalogue s’est démultiplié, confie Mr Schmitt. Il s’agit sans doute là du plus grand avantage que puisse offrir le web à une telle institution, ajoute t-il. De fait, l’offre du catalogue bénéficie d’une bien meilleure visibilité, ainsi que d’une accessibilité accrue.

Sans compter que le site présente, au moyen d’un système de recherche thématique, l’ensemble du catalogue du SCD Bourgogne, ne se restreignant plus seulement au seul fonds Droit-Lettres du site. De ce fait, l’endroit accueille aujourd’hui un public enrichi, diversifié, provenant de tout le réseau universitaire.

Les modalités de recherche s’en trouvent donc incroyablement facilitées, les prêts pouvant même se prolonger via le site web, et des suggestions d’achat se voir proposées par l’étudiant. La BU consolide ainsi son rôle de centre de documentation et de support de travail, l’accès aux services de la BU étant l’un des aspects essentiels de sa mission.

Internet, facteur d’une modification des pratiques et habitudes du public

Toutefois, ces précieux apports ne vont pas sans conséquences. Et celles-ci, constate le conservateur de la BU dijonnaise, affectent le rôle même de ce lieu. Si le site internet permet une meilleure communication, un meilleur accompagnement, ainsi qu’une forte consolidation de la mission de support de travail de la BU, la fréquentation de celle-ci s’en trouve pourtant affectée. « Des postes donnant accès à internet, ainsi qu’un réseau WIFI gratuit, sont désormais disponibles dans l’enceinte de la BU ». Et de fait, c’est la consultation des documents en salle qui s’en trouve affectée.

Les étudiants, pour la plupart, utilisent en effet cet espace dans sa fonction autrefois secondaire, celle d’un lieu de vie avant que de travail. La grande majorité du public est ainsi occupée à profiter du réseau WIFI offert sur place, plutôt qu’à exploiter l’offre de documentation physique qui les entoure. Le taux de consultation des documents en salle a ainsi brusquement chuté, entraînant une baisse notable des statistiques de prêts au profit des consultations numériques et des connexions internet.

Selon M. Schmitt, cette tendance de fond entraîne le constat suivant : c’est le lieu même de la bibliothèque qui est recherché désormais, et non plus seulement son offre documentaire. Cela entraîne de plus une fidélisation accrue du public, rendant nécessaire un travail sur le confort même de l’endroit.

L’évolution marquante du métier et des fonctions de bibliothécaire

Finalement, conclut M. Schmitt, le métier de bibliothécaire a beaucoup évolué depuis son entrée dans la profession, dans les années 1980. Le cœur traditionnel du métier, – c’est-à-dire la conservation, le catalogage, le rangement -, n’est plus adapté ni à la demande, ni au nouvel espace de travail, nés de l’introduction du web dans cet espace. Désormais, ce sont des missions d’accueil et d’accompagnement (complétant par ailleurs les services déjà offerts sur le site internet), d’avantage que d’entretien et de classement des documents, qui sont celles du bibliothécaire.

L’entrée dans l’ère d’internet ne dynamisa donc qu’un temps seulement ce métier, lorsqu’il permit l’abandon du fastidieux système de fiches qui avait cours jusqu’alors. Mais hormis cet aspect-là, force est de constater qu’un pan entier de la fonction traditionnelle de la profession se perd.

Il semble donc que le web ait bénéficié à l’étudiant,  contribué à la dynamisation du lieu et étendu la qualité et la taille de l’offre et des services de la BU, mais au prix de la disparition progressive des fonctions traditionnelles du métier de bibliothécaire.

Frédérique Porta Del Sol, Master 2 Métiers du livre, Université de Bourgogne


About the Author



Back to Top ↑