M2 Métiers du livre Master 2 Métiers du livre à l'université de Bourgogne. Cours de Rédaction web.

Published on décembre 22nd, 2015 | by Cécile

0

Le livre ancien et internet

La librairie Le Meur : une librairie de livres anciens et rares. Dirigée aujourd’hui par Christian Le Meur et sa femme, petit-fils de Thomas Le Meur, le fondateur de la librairie Le Meur, en 1936.

Une passion héréditaire

La librairie a été fondée par Thomas Le Meur en 1936, le grand-père de l’actuel propriétaire. Spécialisé au début dans les livres scolaires et installé sur la place du Théâtre, à Dijon, la librairie Gilbert Joseph a ouvert ses portes à quelques pas. Faisant concurrence directe, le gérant décide de se réorienter vers le marché du livre rare et ancien, avec un vrai public de bibliophiles à cette époque.

Aujourd’hui, Christian Le Meur, troisième génération, dirige la librairie généraliste, privilégiant la diversité du fonds. Il s’agit de la seule librairie d’importance dans ce domaine à Dijon, et connue par tous dans le milieu. L’important pour Monsieur Le Meur est de transmettre l’amour du livre que lui ont transmis son grand-père et son père, et de faire « tourner » les livres de manière à créer des bibliothèques « tournantes » plutôt que « dormantes ».

Ce qui fait la particularité de cette librairie est, d’une part la richesse du fonds, notamment grâce à la grandeur du local. D’autre part, Monsieur et Madame Le Meur se distinguent de leurs confrères par leur niveau de connaissances et compétences. Ils connaissent les ouvrages qu’ils vendent, ainsi que leurs auteurs, leurs illustrateurs, les particularités de chacun des livres, et sont capables de les expertiser.

L’avenir du livre ancien : avec ou contre l’Internet ?

« Aujourd’hui on achète et on vend un prix et non un livre. »

Un bilan mitigé pour le rapport d’Internet et du livre ancien. Le problème majeur avec l’Internet est que les gens vont le consulter avant de venir en magasin pour vendre leurs livres. Au moment de l’achat, il est difficile de leur faire comprendre qu’Internet n’est pas une référence. Les informations sont souvent erronées, surtout sur les dates des éditions originales et la valeur des livres. Le problème qui se pose au client est de savoir qui dit vrai. Les rapports entre le professionnel et le client sont donc flous et difficiles.

« C’est probablement la mort des libraires, et certainement une concurrence déloyale mais il faut vivre avec son temps. »

Toutefois, l’Internet reste un bon outil de vente. Aujourd’hui les gens ont peur de rentrer dans une librairie de ce standing qui impressionne, et ont des aprioris sur les prix pratiqués. Les ventes s’en ressentent. Il fallait trouver un autre moyen d’attirer le client. Madame Le Meur a donc mis en place la vente par Internet, de sorte de montrer les livres aux clients qui n’osent pas entrer dans la librairie. De plus, selon les saisons, la clientèle diminue, par exemple en hiver, les clients se déplacent moins. La vente en ligne permet d’équilibrer les ventes dans ce cas.

On ne peut pas contrer Internet car il fait partie du progrès de la société.

Élodie Lenoir, Master 2 Métiers du livre, Université de Bourgogne


About the Author



Back to Top ↑